Penthaz I Saison 2019/20

Une saison qui laisse un grand Co-vide

On a assez lu que le championnat suisse de hockey n’avait pas désigné de champion pour la quatrième fois seulement de son histoire, les trois autres étant les périodes de guerres mondiales. Ça place tout de suite le truc. Notre championnat n’a donc pas survécu à l’interdiction de manifestation sportive. Logique, quand on sait que les ultras tartreux, malgré le huis clos, prévoyaient de se rassembler dangereusement au dehors de la salle de gym de Mont-sur-Rolle pour chanter en cœur « Steven on t’aime, Steven on t’adore » et se contaminer ainsi parmi.

Le classement

Penthaz cinquième, avec plus d’équipes derrière que devant, c’est honorable. Bon, la réalité est que le top quatre était désormais inaccessible, alors que la lanterne rouge n’était pas si loin que ça. On sera privé d’un sacré suspense dans ce championnat de plus en plus homogène dans lequel Penthaz a parfois réjouit, mais souvent manqué de constance.

Qui monte, qui descend ?

Pour clarifier la situation, une task force (c’est le mot employé) a bricolé une solution. On a beau avoir lu leur explication trois fois, on n’y comprend toujours pas grand-chose. Reste que pour notre groupe, les décisions semblent assez justes : Belmont, auteurs d’une magnifique saison, avaient toutes les chances de finir premier : ils sont promus. Bonne chance à eux, quand on sait qu’ils ont un bilan victoire-défaite-nul de 1-2-1 avec Penthaz lors des deux dernières saisons… ce qui n’enlève rien à leur démonstration collective en 19/20, bien au contraire !

En bas, la situation était si serrée que désigner une victime aurait semblé injuste : personne, donc, ne descend. En cinquième ligue, Yverdon est promu. De nouvelles têtes pour l’an prochain ?

Un coup d’œil aux stats

Complot international fourbi à l’aide d’un pangolin, le championnat s’arrête pile quand Pich reprend la tête des compteurs à Loïc, s’assurant ainsi le casque jaune pour une sixième fois en sept ans. Lolo s’assure quant à lui le titre honorifique de meilleur buteur (une première !). Le premier cité est toujours entouré du buteur Cricrou, qui n’a malheureusement pas constaté une embellie (pulmonaire) dans son jeu cette année et de Dany, qui fait toujours un peu trop de calculs (rénaux) sur le terrain au détriment de la spontanéité. Le second fut entouré de Julien, toujours efficace aussi bien à la relance que lors des célébrations devant le banc adverse, et de Bourqui, qui n’a pas son pareil pour envoyer valser les joueurs adverses dans les bandes qu’il a lui-même sponsorisées. Le mano à mano au sommet des stats entre les numéros 10 et 18 révèle que les deux lignes qu’ils représentent pouvaient scorer régulièrement. Hélas, elles le firent souvent en alternance cette saison. Si seulement, tout le monde pouvait connaître des grands jours en même temps !

Le futur

Les jeunes – Nicolas, Julien, Loïc – font désormais clairement partie des meubles. Problème, le réservoir n’est pas grand derrière eux, et les trous furent colmatés par des trentenaires (Greg), des alcoolos (Fred) ou des trentenaires alcoolos (Marc). Bien qu’ayant fait le job, ils représentent pour la plupart cette génération des 80’s qui devra bien un jour ou l’autre passer le témoin… sauf que pas grand monde ne presse au portillon pour l’instant. Les vieux devront donc encore assurer le coup l’an prochain, et une véritable réflexion sur le futur du club devra être menée.

 Le futur bis

On se réjouit tellement de se revoir et de rejouer qu’on ne se plaindra même pas si notre premier match est arbitré par un gros suisse-allemand prétendant ne pas parler un mot de français pour éviter toute discussion, promis.

Prenez soin de vous.

Laisser un commentaire

2615cba09340ed0225d776e9c62e286eXXXXXXXXXXXX