Penthaz I Saison 2019/20

Une journée contrastée

Initialement prévue à neuf joueurs, cette journée fut finalement disputée à huit suite à la blessure malencontreuse de Nico et au forfait de dernière minute de Yohan. Le soldat (euh, pardon premier sergent) Bourqui, initialement annoncé au repos, avait quant à lui décidé de reprendre du service pour seconder ses troupes alors que Fred occupait le rôle de néophyte du jour.

 Face à une équipe de Moiry disposant du même nombre de points qu’eux, les Tartreux avaient bien l’intention de remporter le légendaire derby de la Venoge. Au vu des nombreuses occasions du premier shift, on s’était dit que le coup était jouable. Au vu des 39 autres minutes, on s’est surtout dit qu’on venait d’assister à un naufrage collectif. Totalement à côté de leurs pompes défensivement, manquant de confiance dans le dernier geste ou lors du dribble décisif, courant telles des poules sans tête sur le terrain, le UCP fit franchement peine à voir. Si l’on y ajoute une pincée de réussite adverse, tous les ingrédients étaient réunis pour vivre un cauchemar : 7 à 1 dans les dents après vingt minutes. Et si les joueurs montrèrent une rage de vaincre différente en deuxième partie de match, celle-ci ne fut que remplissage. Pour l’anecdote, on relèvera quand même le nom des quatre buteurs tartreux : Cricrou, Loic, Dany et Julien.

 UC Penthaz – Moiry Yellow Star 4-10

 

La deuxième rencontre allait permettre de se prononcer sur une question : nos joueurs avaient-il de l’orgueil ? Eh bien, la récompense fut positive ! A voir la rage et l’esprit positif qui se dégageaient du banc, on a pu se rendre compte à quel point la tête pouvait faire une sacrée différence lors d’un match de unihockey (et dans le sport en général, me direz-vous). Après avoir marqué un premier but qui fit énormément de bien, le UCP déroula et proposa un match à l’exact opposé du précédent : des balles qui tombaient du bon côté de la bande ou des poteaux, une main du gardien qui tout à coup touche la balle au lieu de la frôler, et une envie de construire le jeu plus posément. Le fait de ne pas avoir un défi physique constant à relever, il faut le dire, a bien aidé des joueurs du UC Penthaz en délicatesse avec leur corps. Au cours du premier vingt, on relèvera également que Fred inscrivit son premier but à ce niveau après un but validé par la VAR. Le binôme Cyril (à la passe)-Loic (en mode renard devant le but) en ajoutaient une couche et la « 97 » (de l’âge bientôt cumulé par ses membres) retrouvaient leur jeu, avec comme d’habitude Cricrou à la conclusion (3 buts dans ce match) de passes adressées par Pich et Dany.

Alors effectivement, tout ne fut pas parfait. Après le cinglant 7-0 infligé lors de la première mi-temps, les joueurs ont ensuite confondu temporisation et roupillon, en ne mettant pas la même énergie à l’ouvrage. Les projections vers l’avant n’étaient pas toujours très judicieuses, et il restait quelques erreurs de placement à déplorer derrière. Mais au vu de l’attitude affichée, personne n’a vraiment douté de la victoire finale, même lorsque le retour adverse à 7-4 aurait pu faire craindre le pire. C’est en effet à ce moment que Loïc conclut lui aussi son tour du chapeau d’un tir qui fit beaucoup de bien à son équipe. Score final : 11-4 pour les biancoblu !

Grâce à cette victoire qui leur permet de rester dans le mouchoir de poche que forme le deuxième wagon de ce classement (le UCP étant avant-dernier mais paradoxalement quasiment aussi proche du podium que de la place de relégable), Penthaz évite la situation de crise et peut se tourner vers son prochain match avec le même état d’esprit conquérant que lors de ce match contre Moudon.

UC Penthaz – UHC Moudon: 11-4

Laisser un commentaire

f595194a53fce75fbfde461b72d345c4^